APN emprunte la voie de l'usine du futur

Depuis 10 ans, APN produit des pièces usinées pour une industrie où les clients ont des exigences très élevées en matière de qualité : celle de l’aéronautique. L’entreprise a acquis un positionnement d’affaires enviable, et ce, rapidement. L’ascension rapide de cette entreprise s’explique en partie par la mise en marche de son projet d’usine du futur porté par le CIM.  Dans le cadre de PME 2.0, APN a accéléré la réalisation de son projet en le dotant d’une structure de gestion claire et bien définie.

Les fondements de l’intégration du CIM d’APN

Confrontée au resserrement accéléré du secteur de la production de pièces usinées, la société APN a pris le virage de la qualité dès le milieu des années 2000:

  • L’entreprise s’est dotée d’un ERP ou logiciel de gestion intégrée;
  • Elle a fait construire, au coût de plusieurs millions de dollars, une usine ultramoderne;
  • Elle a acquis des outils de production de pointe;
  • Elle a visé le recrutement de candidats bien formés;
  • Elle a reçu la certification AS 9100, que les grands donneurs d’ordres de l’industrie aéronautique exigent de leurs sous-traitants.

Le standard AS 9100 impose aux entreprises du secteur de concevoir des produits et d’offrir un service qui satisfont au plus haut point les attentes de leurs clients. Pour multiplier les pièces parfaites, APN doit disposer d’une information de haute qualité sur tout ce qui se passe dans son usine, du moment de la commande à celui de la livraison. En 2012, ce constat a amené la direction d’APN à accélérer la réalisation du CIM et à passer à un contrôle informatisé et centralisé des procédés de fabrication. Un tel système interconnecte les différents outils et systèmes informatiques du plancher de production (ex. : ERP, logiciels d’outillage, CMM ou système de gestion et d'information relatif à la maintenance), centralise et exploite ensuite ces données pour communiquer de l’information.

« Confrontée au resserrement accéléré du secteur de la production de pièces usinées, la société APN a pris le virage de la qualité dès le milieu des années 2000 »

Les données d’inspection furent les premières à être valorisées et exploitées pour assurer un meilleur contrôle des procédés de fabrication sur le plancher. Aujourd’hui, les gestionnaires de l’entreprise ont accès à distance à des informations clés - tel que le niveau de productivité du plancher, de chaque machine, et ce, en temps réel - et sont donc en mesure de prendre des décisions éclairées.

Yves Proteau, vice-président d’APN, initiateur et visionnaire du CIM, vise la qualité totale, mais aussi la productivité maximale de l’entreprise en minimisant les temps d’arrêt des machines.

Passer au numérique chez APN : de l’art à la science

APN a déployé le CIM durant le projet PME 2.0 mené par le CEFRIO. Avec l’appui d’experts du CEFRIO, APN a pu accélérer le déploiement du CIM par la réalisation des activités suivantes :

  • L’embauche de ressources spécialisées comme un directeur R-D et des informaticiens;
  • La réalisation d’un diagnostic détaillé de la situation initiale;
  • La conception d’un plan numérique clair exposant les grandes étapes de mise en marche du CIM pour les prochaines années;
  • La rédaction d’un énoncé de projet dotant ainsi le CIM d’une réelle structure de projet à l’intérieur de l’entreprise;
  • Le déploiement de nouvelles applications du CIM et leur mise à l’essai dans les différentes équipes de production.

 Selon la direction d’APN, le projet PME 2.0 a permis à l’entreprise de passer d’une gestion « artistique » du numérique à une gestion nettement plus structurée de celui-ci. Autrement dit, PME 2.0 a donné à APN « les moyens de ses ambitions ».

« Yves Proteau, vice-président d’APN, initiateur et visionnaire du CIM, vise la qualité totale, mais aussi la productivité maximale de l’entreprise en minimisant les temps d’arrêt des machines »

« Le projet PME 2.0 a permis à l’entreprise de passer d’une gestion « artistique » du numérique à une gestion nettement plus structurée »

Le CIM d’APN donne des résultats

Les retombées du passage au numérique chez APN ont largement dépassé les attentes de départ d’APN, notamment en ce qui concerne les éléments suivants:

  1. Des données de production clés que l’entreprise mettait autrefois une ou deux journées à retracer sont maintenant accessibles en 30 minutes;
  2. Les trois rapports par jour que le CIM génère automatiquement pour la direction permettent à celle-ci d’intervenir pour tuer dans l’œuf les problèmes de production (voir l’encadré latéral);
  3. Les machinistes sont informés en juste-à-temps du niveau de conformité de chaque pièce qu’ils produisent, ce qui leur permet de corriger immédiatement tout manquement à la qualité.

Ces gains ont notamment permis à APN de décrocher un nouveau contrat de grande envergure avec un important client. Ce client tenait à accéder à des historiques de données qu’APN est maintenant capable de fournir grâce à son CIM. Ce client a reconnu que grâce au numérique, APN a entamé sa transformation en véritable usine du futur.

« Ces gains ont notamment permis à APN de décrocher un nouveau contrat de grande envergure avec un important client. […] Ce client a reconnu que grâce au numérique, APN a entamé sa transformation en véritable usine du futur »

Un indicateur clé du CIM d’APN

APN mesure la qualité de sa performance à l’aide des nombreux indicateurs pris en compte dans le CIM. Initialement, l’entreprise se souciait surtout des coûts entraînés par la production de pièces non conformes. Aujourd’hui, la direction juge qu’un autre indicateur est bien supérieur : celui qui indique la proportion du temps qu’une machine est active (en mode « vert ».) La valeur de cet indicateur est diffusée en continu. Si une machine est arrêtée trop longtemps, des mesures sont vite prises pour la remettre en marche.

Différents facteurs expliquent le succès d’APN, notamment les suivants:

  • 1. L’entreprise a mis sur pied un comité de direction qui a défini les orientations du projet, fixé les priorités et surveillé le déroulement des activités du début à la fin;

  • 2. La direction a maintenu une communication constante avec ses employés pour leur expliquer le projet, les convaincre de sa détermination et emporter leur adhésion (seulement 20 % des machinistes étaient au départ enthousiastes à l’idée de devoir utiliser un CIM);

     

  • 3. L’entreprise confie la gestion de ses technologies de l’information à un partenaire de calibre, Umbrella Technologies. Ce partenaire (plutôt que simple fournisseur) arrivait « toujours avec un regard neuf et de bonnes propositions » en matière de gestion des technologies de l’information.